CHRONIQUE 1960-1965

CHRONIQUE 1966-1972

CHRONIQUE
1973-1980

 
 
 

CHRONIQUE

1960-1965

 

Retour sur la page BIENVENUE
 
Retour sur l'index de Chronique 60-65
 

 

GROUPES ANGLAIS

 

Rolling Stones Bruxelles 1964 et 1966

 

Les Beatles et le Belgique

 

Gene Vincent en Belgique

 

Bill Haley en Belgique

 

Rock Around The Clock

 
Les Animals en Belgique (juillet-septembre 1965)

 

Cliff Richard et les Shadows en Belgique - 1964

 

LA FRANCE ET LE ROCK

 

Radio Luxembourg - Cliff Richard

 

Johnny Hallyday octobre 1961

 

Vince Taylor (nov 61)

 

Les chats sauvages et la Belgique

 

Disco Revue, un magazine de légende
 
Les orchestres belges au Golf-Drouot

 

Période yé- yé et Cinéma Nouvelle vague
 

 

EN BELGIQUE

 

Être un ado à la fin des annees cinquante
 
Secrétariat des Artistes de Jean Martin
 
Stroff-Denny Vinson
 
Ariane et les dix-vingt
 
Jimmy Morgan, chanteur des sixties

 

FESTIVALS

 

Festival Guitare d'Or

Ciney 1962-1965

 

Festival Châtelet 1965

 

Gouden Micro sept 1965

 

Wolu-City 1965

 

DANCINGS

 

Dancings, clubs, boites de nuit avec carte des lieux branchés de Bruxelles - années 1960 - 1970.
 
Ben - Hur et Récréation
 
Les Cousins Grand Place
 
LeBrasseur - Le Rocking Center
 

Le Relais de la poste -Le Twenty Club (1964)

 

 

Blue Note : Les Croque morts -

 

 

JEAN-PAUL PRÉSENTE :

LE CLUB - DANCING LES COUSINS

 

1959 - 1966

 

dancing Cousins

 

 

 

28 février 2008. J'ai rendez-vous avec Jean-Paul Wittemans, l'ancien patron du club  Les Cousins  que j'ai assidûment fréquenté, dès mes dix-huit ans en 1961 et après. Je garde un souvenir nostalgique de ces innombrables soirées passées à boire, à discuter et à refaire le monde.

C'était mon quartier général. J'y retrouvais mes potes de l'époque Jean-Claude et Bernard et tous les autres. Ceux-là même que j'ai entraînés dans l'aventure du tournage du  Mauvais Age.

 

Et puis, au cinquième anniversaire des Cousins je suis venu chanter avec mon orchestre Jiem et les Les Enfants terribles. Après plus de quarante ans, il se rappelle.

 

 

jean paul wittemans

 

Jean-Paul, maître des nuits bruxelloises

 

Jean-Paul : « En 1958, je cherchais un local pour y développer des cours privés de rock' n'roll. Je suis tombé sur un rez-de-chaussée, rue Léopold, derrière le Théâtre de la Monnaie, à cent mètres du « Globe ». J'en ai rapidement fait un club que j'ai appelé « La Mousson ». Ca a tout de suite marché. J'avais une clientèle de jeunes branchés qui voulaient épater leurs copains en dansant un rock acrobatique. Mais, très vite l'endroit s'est révélé trop exigu. J'en ai parlé à mon propriétaire qui très rapidement m'a parlé d'une opportunité de location sur la Grand Place de l'Hôtel de Ville.

 

En fait, Jo Dekmine, (futur patron du Théâtre 140) avait élu domicile au premier étage du restaurant « Le Renard », au 7 Grand-Place. Il avait créé une sorte de cabaret de la chanson française dans lequel il avait fait venir Catherine Sauvage et Léo Ferré. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais l'endroit s'est retrouvé libre en janvier 59. C'est comme ça que je me suis retrouvé locataire pour plusieurs années du futur Club « Les Cousins ».

 

J.M. : Pourquoi appeler ton Club « Les Cousins » ?

 

 

Juliette Mayniel et Gérard Blain dans Les Cousins

 

Je cherchais un thème pour ma future boite. Il me fallait trouver un décor moderne qui puisse durer quelques années.

 

Quand est sorti le film de Claude Chabrol  « Les Cousins », j'ai tout de suite été emballé. Je suis retrouvé le voir trois fois de suite. J'ai senti que j'avais trouvé le thème que je cherchais pour mon futur établissement. Le succès du film a été immédiat. Même genre de sujet que « Les Tricheurs » : une jeunesse qui entend se démarquer de ses parents, s'affirmer et exister par elle-même.

Jean-Paul : Je dois te dire qu'en 1958-59 la jeunesse était en quête d'identité et en pleine recherche de nouveaux repères. Le film « Les Tricheurs » de Marcel Carné venait de sortir et suscitait des queues énormes devant les salles de cinéma qui le programmait.

 

A cet égard, Jacques Martin (le futur présentateur vedette de télé en France ) avait ouvert, Place des martyrs, une boite de nuit qu'il avait baptisé « Les Tricheurs ». Mais il est très vite reparti sur la France.

 

 

J'avais le sujet, il me fallait un décor. Tout d'abord j'ai fait procéder à de grosses transformations. J'ai abattu un mur, élargi l'espace pour prévoir la piste de danse. Côté Grand-Place, j'ai installé une sorte d'estrade avec tables et fauteuils en rotin pour ceux et celles qui préféraient discuter. J'ai dû faire renforcer les poutres pour éviter la mauvaise surprise de retrouver ma clientèle à l'étage du-dessous.

 

J'ai fait repeindre les murs en blanc et noir sur lesquels Lombardo, le décorateur, a restitué quelques moments forts du film, sous la forme de fresques. C'est ainsi qu'on retrouve les chandeliers que Jean-Claude Brialy exhibe dans le film lors d'une soirée wagnérienne. Il y a aussi des réverbères un peu kitch, des façades qu'on dirait sortie d'un vieux film. Sans oublier les yeux magnifiques de Juliette Mayniel.

 

J.M : On m'a dit qu'à l'époque tu avais essayé de contacter les principaux acteurs du film « Les Cousins » pour les inviter dans ton club ?

 

Jean-Paul : C'est exact. J'ai écrit à Jean-Claude Brialy, à Gérard Blain et bien entendu à Juliette Mayniel. A part Gérard Blain qui tournait à l'étranger, les deux autres m'ont gentiment répondu.

 

J.M. : Le sigle des « Cousins » reste dans pas mal de mémoires, même encore aujourd'hui.

 

Jean-Paul : Ce sigle a son histoire . Comme j'avais complètement craqué devant les yeux magnifiques de Juliette Mayniel, j'ai fait appel à Gritty, une artiste peintre. Je lui ai remis un croquis que venait de gentiment d'envoyer l'actrice du film. Je lui ai dit : Crée-moi un sigle qui évoque un type de visage féminin à la fois moderne et légèrement inquiétant.

 

Et elle m'a pondu le dessin que vous connaissez en incluant les chandeliers dans la pupille des yeux. Je crois avoir été l'un des tout premiers à faire imprimer mon sigle sous la forme d'autocollants. C'est pourquoi il est devenu si populaire. On l'a fait distribuer à des milliers d'exemplaires. Et comme il plaisait à tout le monde, on les a retrouvés collés sur les pare-brises des voitures ou des moto.

 

 

 
 

J.M. : En fait, dès le départ, tu as surtout basé la promotion des « Cousins » sur ta proximité et tes liens avec l' « Ancienne Belgique » et le "Vaudeville" ?

 

Jean-Paul : Disons que comme j'ouvrais le club l'après-midi, les artistes qui se produisaient à l' « Ancienne Belgique » ou dans certains théâtres passaient en effet par chez moi pour découvrir les lieux et surtout se relaxer et prendre un verre tranquillement. Nougaro, Fernand Raynaud, Gilbert Bécaud, Sacha Distel, Guy Béart et même Jacques Brel sont venus. Et puis aussi Fernandel, Jean-Claude Pascal, Odile Versois et tant d'autres vedettes du cinéma.

 

A cet égard, Brel m'a laissé une forte impression. Il m'avait proposé de réquisitionner les « Cousins », entre 16 et 18Hr, durant la semaine où il donnait ses galas à l'Ancienne Belgique. Il aimait venir se relaxer avec les membres de son orchestre et son manager. Un jour, je l'ai surpris en train d'engueuler ses musiciens. C'était très intense. Car il ne criait pas, il parlait d'une voix normale, mais ce qu'il leur disait n'était pas piqué des vers ! Il était impitoyable dans ses remarques. Un vrai réquisitoire. Sans doute ses critiques étaient-elles justifiées, mais je peux te dire que ses musiciens étaient terrorisés. J'ai vraiment vu un homme impressionnant.

 

jean paul Cousins Jean Paul Cousins

Jean-Paul : "J'ai toujours aimé m'entourer des artistes"

 

club les cousins

En haut à gauche : Jean-Paul et Jean-Claude Pascal et Fernandel. En dessous : Odile Versois, soeur de Marina Vlady.

*

ET VINRENT ... LES COUSINS

 

J.M. : Parlons maintenant de ton coup de bol ou de ton « coup de génie », comme tu préfères, avec l'aventure de  Kili Watch  et de l'orchestre les  Cousins.

 

Jean-Paul présente : "Les Cousins"

 

Fin 1960. Pour fêter l'anniversaire de la première année d'existence de son Club « Les Cousins », le patron Jean-Paul Wittemans décide de produire un 45 tours. Il n'a pas la prétention d'en faire un second métier. Ce qu'il veut c'est faire presser mille disques et les vendre si possible avec bénéfices. Il se met en quête de musiciens. Il tombe sur un groupe de bal constitué de sept membres et qui se font appeler « La Jeune Equipe.

 

Il leur demande de composer un cha cha cha comme l'ont fait les « Chakachas » qui connaissent le succès avec « Eso es el amor ».

 

Rendez-vous est pris au « Si bé mol » pour venir présenter leurs compositions.

 

Ce jour-là ils arrivent à quatre : Guido et André Van den Meersschaut, frères et guitaristes, Adrien, le batteur et Gus à la basse. La chance va leur sourire. En entendant « Fuego » puis ensuite « Kili Watch », Jean-Paul sent qu'il tient la bonne affaire.

 

Il en parle à Roland Kluger, client régulier de son établissement, qui en parle à Jacques, son éditeur de père. Marché conclu.

 

 

En novembre 1960 les deux chansons « Fuego «  et « Kili Watch » figurent désormais sur disque. Et comme il faut un nom pour l'orchestre, Jean-Paul propose tout naturellement « Les Cousins ».

 

Il est convenu que le lancement du disque s'effectuera dans son Club de la Grand Place. Jean-Claude Menessier, le présentateur vedette de la RTB accepte de patronner l'événement.

 

Mais le Club ne comporte que quatre-vingt places. Et les demandes de réservation affluent de toutes parts. Menessier a alors l'idée de les faire jouer dans une salle, située dans les sous-sols de l'Hôtel Plaza.

 

Plus de deux cent personnes, dont Sélim Sasson et Gérard Valet assistent aux débuts des « Cousins ». Chose incroyable, Jean-Paul liquide neuf cent 45 tours sur les mille qu'il a commandés.

 

Dans les semaines qui suivront, Jacques Kluger, fera presser dans l'urgence dix mille copies via la Hollande sous le label de Palette. Il les placera aussitôt dans tout ce que la Belgique compte de points de vente de disques. Les radios suivent le mouvement. Un mois plus tard, en décembre, Johnny Halliday sort une version différente de Kili Watch. Malgré le plagiat, pour l'éditeur et pour le groupe c'est un coup de pub extraordinaire. Johnny va faire connaître la chanson dans toute la France. Mais ironie du sort, il vendra moins de 45 tours avec sa version qu'avec celle des « Cousins » combien plus originale. ( voir ROCK BELGE/LES COUSINS).

 

kili jacks

Après, je me suis occupé d'un autre groupe qui s'appelait les "Kili-Jacks" avec l'ancien bassiste des "Cousins, Gus Derese.

Jean-Paul : Le succès inattendu de Kili Watch a propulsé à la fois le groupe et l'établissement de la Grand Place. Ca me laisse de sacrés souvenirs. Ceci dit, une fois qu'ils ont été lancés, je ne les ai plus revus aussi souvent. On s'est retrouvé, quelques années plus tard, à la sortie de « Do, re, mi, fa, sol, la, si »

Puis est arrivé le twist. J'ai organisé le premier Championnat de Belgique de Twist dans une salle en dessous de l'hôtel Métropole. J'avais le groupe « Les Frangins » dans le coup. En parlant de twist, j'ai une anecdote amusante à raconter. Tu sais que j'ai donné un cours de twist à Bejart ? Ca devait être en 62.

 

Un jour, Maurice Béjart, qui n'était pas encore le monstre sacré qu'il est devenu, m'a demandé aux « Cousins » de lui apprendre à danser le twist. Il me disait qu'il n'arrivait pas à balancer son bassin de la bonne manière. C'est ainsi que je me suis retrouvé sans un local du Théâtre de la Monnaie en train de lui donner des conseils et à tortiller du popotin. Incroyable, hein ?

 

 

LE MADISON

 

madison aux cousins

 

Puis est arrivée une nouvelle danse qui faisait fureur aux Etats-Unis : "Le Madison". Sur la photo, on me voit en train d'apprendre quelques pas à Françoise Vande Moortel, speakerine à la RTBF, à André Torrent, chroniqueur et animateur chez RTL . Et sur la gauche, c'est Ariane, la chanteuse de l'orchestre "Ariane et les 10-20". Regardez la vidéo: Danseurs de madison en 1962/ Archives de la Télévision Suisse Romande.

 

 

J.M. : Je voudrais maintenant que tu me parles des problèmes que tu as rencontrés dans ta carrière de responsable de boite de nuit. Il y en avait des interdits à l'époque, pour les jeunes et donc pour toi aussi ?

 

Jean-Paul : Tu parles. D'abord il y avait la fameuse loi Vandervelde qui datait de 1920 et qui interdisait purement et simplement la vente d'alcool. Or, une boite ne pouvait pas survivre en ne vendant que des limonades. Quand un client commandait un whisky, le garçon lançait au barman : Et un "St Michel "! Et si c'était un gin, il criait : "Et un Chabrol" !

Il est arrivé qu'on ait des contrôles. La loi Vandervelde avait une faille. Elle stipulait qu'on ne pouvait pas servir d'alcool pur. Par contre, si on rajoutait au verre une rasade de coca, ce n'était plus vraiment de l'alcool. On échappait à l'interdit. Ce qui fait que lors des contrôles, nous nous baladions mes serveurs et moi avec des bouteilles de coca à la main que nous versions dans les verres de nos clients.

 

Un autre problème, c'était l'âge légal pour pouvoir danser. Il fallait avoir dix-huit ans. J'avais engagé un portier qui contrôlait les cartes d'identité. Mais les fraudes étaient nombreuses.

 

Combien de jeunes n'ont pas « perdu » leurs papiers pour en obtenir de nouveaux. Ils déclaraient un âge supérieur à la réalité et ils ressortaient avec une vrai fausse carte, qu'ils nous présentaient à l'entrée des « Cousins ». La police a fini par s'en apercevoir et on a dû remettre de l'ordre dans tout ça.

 

J.M. : Lorsque la carrière des "Cousins" les a éloignés de Bruxelles et de Belgique pour partir en tournée, as-tu continué à chercher de nouveaux artistes à promotionner ou à produire ?

 

Jean-Paul : Une fois l'euphorie de Kili Watch un peu passée, je me suis mis à la recherche d'autres artistes. C'est ainsi que je suis tombé sur "Luigi", un chanteur italien, avec une voix de crooner qui m'a tout de suite plu. Il avait sorti un titre qui faisait les beaux soirs des « Cousins ». C'a s'appelait « Pitié, pitié, pitié », un slow à tomber par terre.

 

Je l'ai fait travailler plusieurs fois dans mon club. On est resté en contact plusieurs années. Lorsqu'il a commencé à faire pas mal de tournées, on s'est fatalement perdu de vue. Mais moi je continuais obstinément à chercher de nouveaux talents. C'est ici que la jeune chanteuse "Ariane" entre en scène.

 

J. M. : Jean-Paul remet son affaire à Jacques Stalpaert, qui fut donc le dernier exploitant du Club. L'épopée des « Cousins » s'achèvera en 1966 lorsque les bâtiments seront revendus à une banque. Quant à Jean-Paul il s'en ira ouvrir un nouvel établissement « Les Gémeaux » à Auderghem

 

 

 

 

Jean-Paul nous a quittés le jeudi 9 mai 2013

 

Décès de Jean-Paul Wittemans, parrain des nuits bruxelloises

Jean-Paul Wittemans avait lancé un "club de variétés" sur la Grand-Place de Bruxelles, les "Cousins", qui avait donné son nom au groupe qui a enregistré le célèbre Kiliwatch. Il avait aussi ouvert les "Gémeaux", futur "Cactus" boulevard du Souverain. Il est décédé jeudi passé.

 

Jean-Paul Wittemans avait créé un premier club de rock'n'roll derrière la Monnaie en 1958, baptisé "La Mousson".

Vite devenu trop exigu en raison du succès, il a alors repris le local exploité par Jo Dekmine comme cabaret sous le nom de "La tour de Babel" à la maison du Renard à la Grand-Place. Il l'a baptisé "Les Cousins" du nom du film de Claude Chabrol, expliquait-il au site Mémoire60-70 .

 

On y croisait les vedettes de l'époque, Brel, Vian, Fernandel, puis Sheila, Enrico Macias et aussi les Cousins, un combo belge " qu'il a eu le bon goût de lancer " , raconte Marc Danval.

Après l'aventure des Cousins qui a rythmé les nuits bruxelloises jusqu'en 1966, Jean-Paul Wittemans avait ouvert les "Gémeaux" au boulevard du Souverain.

 

C'est dans cet ancien dancing et cinéma art déco qu'il expérimente la formule de la discothèque moderne: le juke box est remplacé par un disc jockey, la table de mixage fait son apparition, de même que la boule à facettes et les clients garaient sur le parking du GB en face...

L'endroit qui a vu défiler les vedettes de l'époque dont Shocking Blue, Julie Driscoll et Wallace Collection était devenu par la suite la boîte Le Cactus.

JFH

 

 

Marc Danval : "Une séquence en direct depuis Les Cousins"

Jean Bernard - La Libre Belgique

Mis en ligne le 13/05/2013

Pas mal d'anecdotes sur Jean-Paul Wittemans qui vient de disparaître... témoignage

 

 

Si son truc à lui, c'est le jazz, Marc Danval a néanmoins fréquenté plus souvent qu'à son tour Les Cousins , le club de variété que Jean-Paul Wittemans, qui nous a quittés jeudi, avait ouvert en 1959 sur la Grand-Place. "Il faut déjà savoir que l'endroit situé dans la Maison du Renard s'appelait auparavant La Tour de Babel et était dirigé par Jo Dekmine, l'actuel directeur du Théâtre 140" , entame Marc Danval. "J'y ai vu notamment Boris Vian. Mais pour en revenir aux Cousins , j'y étais très souvent pour enregistrer une séquence en direct pour Radio Luxembourg où je travaillais en compagnie de Michel Cogoni et Jacques Garnier. J'amenais donc dans la boîte toutes les vedettes de l'époque, Sheila, Enrico Macias ".

 

Marc Danval se souvient de Jean-Paul comme d'un découvreur de talent. "Il y a eu Les Cousins et le célèbre Kili Watch qu'il a eu le bon goût de lancer. Mais un autre groupe a rencontré beaucoup de succès à l'époque : Ariane et les 10/20."

Ariane Buyst deviendra d'ailleurs Madame Wittemans quelques années plus tard. Après Les Cousins , Jean-Paul ouvrira une nouvelle boîte en 1967, Les Gémeaux. "Je suis passé devant ce midi : c'est devenu le Pizza Hut du boulevard du Souverain" , a constaté Marc Danval.

 

Le producteur et présentateur de La Troisième Oreille, le samedi sur La Première, termine par une anecdote un peu vacharde. "J'étais ami avec la comédienne française Pauline Carton. Et ce jour-là, elle m'invite dans son hôtel de la rue de Rivoli. Jean-Paul, qui est avec moi, ne me lâche pas car il veut la rencontrer. Je savais qu'elle n'était pas du genre commode avec les gens qu'elle ne connaissait pas. On entre chez elle; elle lui dit : ‘Venez voir les petits bateaux sur la Seine.' Jean-Paul la suit sur le balcon; elle referme la porte-fenêtre et me lance : ‘Vous voyez, Marc, que nous pouvons être à deux' et, quelques minutes plus tard, elle me fait remarquer : ‘Ses oreilles deviennent violettes.' Il faisait un froid de canard !"

 

*

 

LIRE : JEAN-PAUL OUVRE LES GÉMEAUX

 

 

Interview réalisée par J.Jième