ALBUM ROCK BELGE

 

Retour sur la page BIENVENUE
 
Retour sur l'index de Rock belge
Ablaze

Actors (The)

Arkham

Ariane et les 10-20

Babs et Babettes - Six Babs
Bob Dartsch - batteur
Brumaire
Brummel's
Buddy Brent ans the Rocking Devils
Captain Bismarck
Blue Notes (The)

Blue Rock et Armand Massaux

Buddy and the Shamrocks
Burning Plague
Burt Blanca (1960-64)
Carriage Company
Chapmans (The)

Chats Noirs (Les)

 

Cousins (Les)
Crash
Croque-Morts (Les)

Denny Vinson alias Stroff

Ducs ( Les )
Doctor Down Trip

Dollars (Les)

Downtrip
Eagles (The)
Enfants Terribles (Les)
Fellows (The)
Frangins (Les)

Freddy Nieuland - Le Wallace de Freddy; Bio complète

Godasses Vertes (Les)

Groupe Cinema

Hiroshima

J.J.Band

 

Jean-Pierre Onraedt, batteur

Jelly Fish
Jenghiz Khan
Jess and James/J.J.Band
Jets et Peter Welch
John Valcke - bassiste
Jokers (The)

Kalika/Soul Fingers

King Bees (The)
Kirk Viking et ses Vikings
Klan (The)
Kleptomania 1969-74 - Les débuts (I)
Klepto en 1974 (II)
La fin de Klepto (III)

Kosmose

Lagger Blues Machine
Laurélie
Lee

Machiavel - Eurock (1976-1977)

 

Machiavel

Entre Eurock, Punk et New wave

(1978-1979)

 

Machiavel

Nouvelles Lignes (1980-1982)

 

Mec-op-Singers

 

Moby Dick

Nessie
Night Rockers
Ombres (Les)
Partisans (Les)
Pazop
Provence Recording Studio - R. van Hove

Les punks en Belgique (Hubble Bubble- The Kids_Mad Virgin-The Passengers)

Recreation

Roberto Epis

Rockets (The) 1960-68

Salix Alba

Saphirs (Les)
Samoreds (Les)
Seabirds (V.F.)
Seabirds (NTT)

Serpents Noirs

Shakes (The)
Shers (The)
Spiders (The)
Sweet Feeling (The)
Sylvester's Team
Tomahawk Blues
Band
Tenderfoot Kids
T.U.S.H.
Two Man Sound
Vacation
Wallace Collection - 1969L'envolée vers la gloire (1/1)
Wallace Collection - 1969L'envolée vers la gloire (2/1)
Wallace Collection - 1970La rançon de la gloire
Wallace Collection - Le crépuscule (1971).
Wallace Collection 69-71 Discographie complète
Waterloo
Reliques du Rock: Bowlers-Black Birds-Crash Cyclops-Memphis- 1815 Challengers -Lucky.Jones
Valérie Pascal-Liliane- Clandestins_Tempêtes
CHRONIQUE 1960-1965 CHRONIQUE 1966-1972 CHRONIQUE 1973-1980 LES PIONNIERS DU ROCK GROUPES ROCK
BELGES

GRAVÉ DANS LE ROCK BIBLIO - ROCK
NEWS
THE SHAKESPEARES CINEMA - SALLES
COUPS DE FILMS
LIENS
 
+

ROCK BELGE / ALBUM SOUVENIRS

LES OMBRES - LA SUITE (1963-1966)

CHÂTELET - SEPTEMBRE 1964

Les OMbres Chatelet 1964

 

Chatelet 1964

13 septembre 1964, nous sommes engagés au Festival de Châtelet par l'organisateur Roger Wanyn. Le plateau est composé principalement de Richard Anthony, Hugues Aufray, Monty, les Lionceaux, Long Chris, Michel Cogoni, Burt Blanca.

 

Nous pénétrons dans l'enceinte du "festival" dans une voiture sport décapotée qu'on nous a prêtée pour la circonstance. Même si la plupart des festivaliers ne nous connaissent pas, c'est du meilleur effet ! Les artistes sont, en effet, les seuls à pouvoir se faufiler en automobile à travers le public.

 

C'est notre premier "grand festival" en plein air et nous sommes impressionnés par "l'ampleur" de l'organisation. Pourtant, aujourd'hui, en regardant les photos et en comparant à ce qui s'est fait par la suite, tout prête à sourire. On est frappé par l'ambiance "bon enfant" qui régnait.

 

La plupart des spectateurs sont assis sagement sur des chaises, les garçons sont affublés d'un costume de ville, les loges pour les artistes sont inexistantes, (sauf pour les toutes grandes vedettes qui disposent d'une caravane ), la sono est du genre minimaliste, le "light show" inconsistant. Mais qu'importe, l'ambiance restait magique.

 

 

Les Ombres sur la plaine de Chatelet - 13/09/1964

Chatelet 1964

Le public au Festival de Chatelet en 1964

VERS UN "LIVERPOOL SOUND" 

Le phénoménal bouleversement musical engendré par l'arrivée des Beatles va définitivement sonner le glas des orchestres qui accompagnent des chanteurs. Nous rêvons de ressembler à un groupe du genre Liverpool sound. Jimmy Morgan comprend la situation et se retire.

 

La séparation s'effectue à l'amiable. Nous sommes toujours amis, encore aujourd'hui. Dans la foulée, Raymond et moi décidons de nous acheter de nouvelles guitares que nous faisons importer directement des USA : des Gretsch Chet Atkins couleur orange, modèles uniques à l'époque en Belgique. Le prix était aussi « unique » !

LA LOCOMOTIVE - PARIS

Pigalle - La Locomotive, une salle sous le Moulin Rouge - Jacky, Kris, Lucky et Dany.

 

Du 24 décembre 1964 au 3 janvier 1965, nous revoilà, à quatre, à Paris à la Locomotive et pour une tournée des clubs parisiens. Cette fois, nous nous lançons dans une formule à quatre voix. Sur place, nous sympathisons avec un groupe d'origine anglais  The Jay Bee Four.

Nous admirons principalement son claviériste, John Handscombe qui joue sur un orgue de marque Vox. Nous sommes emballés par son style Jerry Lee Lewis. Le courant passe si bien que John accepte de nous écrire une chanson pour notre prochain disque. Les relations entre lui et les membres des Jay Bee Four se crispent. John hésite : nous suivre ou rester avec son band. Il reste à Paris, le temps d'honorer ses engagements.

JOHN HANDSCOMBE

John Handscombe

Kris, Lucky, John Handscombe, Dany et le présentateur Bob Boutique

 

Le 3 février, John Handscombe est de retour. Comme promis, il a emporté dans ses valises, un morceau qu'il a composé pour nous : Baby can forgive. Il nous accompagne en studio pour assurer le clavier dans  I'm talkin about you, une reprise de Chuck Berry et Baby Can Forgive  chanté par Lucky (disques Sachem).

 

http://www.youtube.com/user/TheOmbres#play/all/uploads-all/0/qwp9-O4835s

 

Baby can forgive

 

La session terminée, il repart aussitôt rejoindre les Jay Bee Four à Paris. John hésite toujours quant à son choix définitif. Il a envie de se joindre définitivement à nous mais, d'un autre côté, les disques Barclay sont convaincus que leur dernier 45 tours EP, Lucille va devenir un tube. Pour la petite histoire, ce disque continue à être très recherché actuellement par les collectors.

 

Ce n'est pas tout. Paris lui fait les yeux doux pour accompagner de grandes vedettes. Le nom de Johnny Hallyday est même évoqué. Va-t-il nous rejoindre définitivement après cela ?

À L'OLYMPIA AVEC CHUCK BERRY

Chuck Berry Olympia 1964

 

Le 6 février 1965, nous sommes sur scène à Braine l'Alleud. A trois heures du matin, nous réembarquons le matériel et filons sur Paris. Nous arrivons, crevés, à l'Olympia, le lendemain vers dix heures.  Vers quatorze heures, on nous accorde quelques minutes pour un sound check.

 

Le 7 février, nous sommes inscrits au programme de l'Olympia, en vedettes américaines de Chuck Berry. Sur le plateau  : Frank Adams, les Jets, Patrick Samson et ses Phéniciens, The Downbeats, Ronnie Bird, les Ombres et le grand Chuck.

 

A l'époque, le nombre d'orchestres ou de chanteurs prévus à un même programme est si plétorique, qu'il n'est pas rare qu'ils ne puissent interpréter qu'une ou deux chansons. Ce qui nous arrange plutôt bien dans la mesure où nous n'avons pas encore pu répéter avec notre nouveau pianiste.

 

En effet, John Handscombe, nous rejoint quelques heures avant notre passage sur scène. Nous décidons d'interpréter  Whole lotta skaking going on  et  Long Tall Sally, deux classiques du rock que nous connaissons tous par coeur. N'empêche … l'Olympia, ça fout les chocottes ! Ca va être à nous. Derrière le rideau, nous nous mettons en position. Kris, Lucky et moi … debout sur nos amplis, John derrière un énorme piano et Jacky, en situation périlleuse sur son petit tabouret.

 

Tandis que le présentateur annonce : « Les Ombres », l'épais rideau s'ouvre lentement. One, two, three, four, Go ! Après quelques mesures, dans un ensemble parfaitement coordonné, nous effectuons un énorme bond en sautant tout au décollant de nos amplis. Le public est en délire. John entame alors un solo à la Jerry Lee Lewis, le pied sur le clavier. Les jeunes s'égosillent avec  Shake, Baby Shake, tapent dans les mains, hurlent! C'est déjà fini. Le public en redemande … mais nous devons quitter la scène tout en n'oubliant pas de leur lancer nos casquettes.

 

On assiste ensuite au show de Chuck Berry, fidèle à son image, impeccable, fabuleux guitariste, grand chanteur. Impressionnant !

 

A la fin du spectacle, dans les coulisses, au bar des artistes, nous côtoyons Johnny Hallyday et Sylvie Vartan, Françoise Hardy, Dick Rivers, Eddy Mitchell, Frank Alamo, Long Chris, Moustique, Frankie Jourdan, Hugues Aufray, Monty, Pierre Vassiliu... On ne sait plus où donner de la tête.

 

De retour à Bruxelles, dans le salon de mes parents, nous écoutons sur Europe 1, le 14 février, la retransmission complète de ce Musicorama.

KEN - LA SIXIÈME OMBRE - AVRIL 1965

Les Ombres 1964 rock belge

 

Le 28 avril 1965, nous faisons la connaissance de Ken. Il est le fils d'un général US cantonné en Belgique. Précédemment, Ken a vécu en Angleterre Il prétend qu'il a fait partie des débuts de la constitution des Yardbirds. En nous rejoignant, il contribue à nous faire vivre une période exceptionnelle sur le plan de la créativité musicale. Période, hélàs beaucoup trop courte, puisqu'elle s'achèvera à la fin du mois d'août.

Durant quatre mois, nous formerons un groupe à la puissance vocale démultipliée, puisqu'il nous arrive de chanter à cinq voix. Ken qui joue du tambourin et des maracas a une voix et une façon de se déplacer qui rappelle immanquablement Mick Jagger.

 

That's my baby Les ombres
THAT'S MY BABY - WATCHA GONNA DO

Le 4 juin 1965, nous enregistrons notre quatrième single. Ce sont deux compositions de John Handscombe :  That's my Baby  et  Watcha gonna do  (disques Olympia).

 

Pour John Handscombe, qui est le seul professionnel du groupe, la vie d'artiste à Bruxelles n'est pas très excitante. En Grande-Bretagne, les musiciens travaillent pratiquement chaque jour.

On ne peut pas dire la même chose chez nous. C'est ainsi que le 29 juin 1965, il nous quitte et rentre en Angleterre. Nous le retrouverons quelques années plus tard. Le 30 août, le père de Ken est rappelé aux States. Ken doit le suivre. Nous voici revenus à la case départ avec une formule à quatre !

 

http://www.youtube.com/user/TheOmbres#play/all/uploads-all/0/JNAa9Y-oxzg

UN SACRÉ PERSONNAGE

Le 4 septembre 1965, nous jouons à Walhain St Paul, en américaine d'Eddy Mitchell. Dès l'arrivée sur place, nous appréhendons le pire. L'organisation paraît inexistante. Aucune publicité ne semble avoir été faite. C'est le désert. Dans l'unique loge, qui est en fait une grange avec de grosses poutres apparentes soutenues par des madriers, Eddy Mitchell tue le temps en lançant un couteau sur les piliers de bois. Ses musiciens semblent habitués au jeu de leur boss. Ils assistent placidement à son show.

 

Eddy devient de plus en plus nerveux. Nous aussi d'ailleurs ! A part quelques rares spectateurs, qui ont fait le déplacement, la salle reste quasi vide. Mon père, Francis, toujours prudent et attentif à ce genre de situation, se rend en vitesse, avec nous, chez "l'organisateur". Il exige que le cachet soit réglé avant que nous ne montions sur scène. Le bonhomme est assis, prostré, déconfit, dans sa cuisine. Devant lui, une caisse avec la maigre recette. Il l'ouvre et dit : regardez, je n'ai même pas assez pour payer Eddy Mitchell. Sans lui laisser le temps de réagir, mon père se saisit des billets et lui rétorque qu'il y a presque assez pour les Ombres.

 

Tandis que nous sortons, une femme qui doit être la manager d'Eddy Mitchell, entre à son tour dans la cuisine, pour les mêmes raisons que mon père. Mais la caisse est complètement vide. L'organisateur explique qu'il se trouve dans l'impossibilité de faire face à ses obligations. La femme ressort en le menaçant : « Eddy ne sera pas content, Eddy ne sera pas content … »

 

Et quelques secondes plus tard, Eddy entre dans la cuisine, le regard mauvais. S'adressant à l'organisateur il lui lance : « c'est toi le petit comique qui n'veut pas m'payer ? ». L'autre n'a pas le temps d'ouvrir la bouche qu'un crochet du droit l'envoie valser à l'autre bout de la pièce. Eddy porte une très grosse bague et celle-ci a fait du dégât. Le sang gicle. Dignement, le rocker sort de la cuisine.

 

Plus tard, j'ai retrouvé le bonhomme. Je crois qu'il était devenu le chauffeur d'André Brasseur. Il arborait une ancienne cicatrice qui devait lui rappeller les paroles d'une des chansons d'Eddy Mitchell « Toujours un coin (poing) qui me rappelle !

 

CHÂTELET EN 1965

Chatelet 1965

 

Le 12 septembre 1965, nous participons à la quatrième édition du Festival de Châtelet. Au programme : Claude François, Claudia Sylva, Noël Deschamps, Ronnie Bird, Guy Mardell, Marc Aryan, Robert Cogoi, Monty, Michèle Torr, Michel Cogoni et nous …

 

Comme la manifestation se déroule en plein air, elle n'est jamais à l'abri d'une bonne drache nationale. La plaine est donc boueuse en permanence. Arriver jusqu'aux « loges » (caravanes) et ensuite à la scène relève du parcours du combattant. Nous pataugeons dans la gadoue. Nos boots en prennent un sacré coup !

 

Claude François, lui, a trouvé le « truc ». Comme il n'a pas envie de salir ses somptueux mocassins vernis, il se fait porter, dans les bras de son secrétaire, jusqu'à l'arrière de la scène. Si ses godasses ont échappé au pire, cela n'empêche pas le public de le recevoir assez vertement. Tomates et huées fusent. Furieux, il annonce qu'il ne reviendra plus jamais à Châtelet. Na ! Mais, il n'a jamais tenu cette promesse !

 

RETOUR À L'OLYMPIA

 

Dans mes carnets, j'ai noté que les 29, 30 octobre et 1 novembre, nous avons à nouveau investi les caves de la Locomotive avec au même programme Vince Taylor et un groupe indonésien dont je ne me rappelle plus du nom. Le 2 novembre, nous avons participé au second Musicorama à l'Olympia, avec Chuck Berry.

 

Un agent parisien nous avait appris que Chuck avait apprécié la reprise de son titre  I'm Talking About You,  que nous avions enregistrée l'année précédente. Il tenait absolument à ce que nous fassions la première partie de son Musicorama.

 

À l'affiche et dans l'ordre de passage, il y avaient : Willy Lewis, le premier batteur des Chats Sauvages, qui se présentait avec son nouveau groupe.

 

Tony Sheridan, qui s'était fait accompagner en 1962 par un jeune groupe inconnu, avec lequel il avait enregistré son premier 45 tours  My Bonnie et When the Saints. Le nom de ce groupe était Tony Sheridan and the Beat Brothers. Ce groupe inconnu allait devenir les Beatles !

 

Et enfin, Vince Taylor, Les Ombres et Chuck Berry.

 

Nous n'étions pas peu fiers de passer après toutes ces « grandes pointures ». Pas en lever de rideau, pas en vedettes anglaises, non… en vedettes américaines, juste avant une de nos idoles, Chuck Berry.

 

Nous nous étions promis, en février, de revenir à l'Olympia. Ce fut le cas. Quel triomphe pour nous, jeunes fanas de rock'n roll ! Que de souvenirs !

 

 

TEEN AGE LETTER - YOU BETTER MOVE ON

 

You better move on

 

 

Le 22 novembre 1965, sort le cinquième single de la série.

 

Il s'agit de  Teen age Letter, une reprise de Jerry Lee Lewis et de You better move on  des Stones (disques Olympia).

 

Les voix sont assurées par Lucky et Raymond (Kris).

 

 

 

Le 3 janvier 1966, Kris tire sa révérence, il nous quitte. Il veut se consacrer plus sérieusement à ses études d'instituteur. Il est vrai que la vie que nous menons est assez incompatible avec de bons résultats scolaires.

 

Kris est remplacé par Luc Gillet, futur Luc Hensill, excellent guitariste dont nous faisons la connaissance au Golf du Loup, la boite de Julien, alias James Curtis.

 

Nouvelle période de répétitions, dans une salle sise au dessus du bistrot, le Kentucky, qui nous permet tout en jouant d'avoir vue sur la place de Brouckère.

 

Whatcha gonna do les ombres

Jacky, Luc, Dany et Lucky

 

Les Ombres

FAINÉANT - MERCI QUAND MÊME

 

Pour varier, Lucky se met dans l'idée de chanter en français. Nous acceptons plus pour lui faire plaisir que par motivation. Après tout les Ombres se sont toujours très bien débrouillés en anglais.

 

Lucky compose ainsi deux nouvelles chansons, respectivement Fainéant et Merci quand même. Les deux titres sortent le 21 mars toujours sur le label d'Olympia.

 

Ancienne Belgique 1965

Reste à tester et à rôder la nouvelle composition du groupe avec Luc, le nouveau venu.

 

Dès avril, nous repartons pour quelques jours à la Locomotive, puis à Bobino, une salle que nous ne connaissons pas encore.

 

Le 18 avril, à la Loco, nous apprenons que le gardien de nuit a été assommé durant la nuit et que des voleurs ont dérobé du matériel, notamment, mon ampli notre chambre d'écho.

 

De retour à Bruxelles, nous passons le 21 avril à l'Ancienne Belgique, au Tremplin des Jeunes Chanteurs.

 

 

Les Ombres à l'Ancienne Belgique 21 avril 1966

 

 

Angry Age

En mai, je retombe sur Jean Jième que j'ai perdu de vue depuis la Panne en 1963. Sur ces entrefaits, il s'est lancé dans l'aventure peu commune de réaliser un film expérimental en format 16 mm.

 

Comme le sujet évoque une jeunesse farfelue et déjantée, il compte appeler son film Le Mauvais Age. Il nous en parle et nous propose d'écrire la musique du générique. C'est ainsi que naît Angry Age, une composition signée Luc et Christophe.

 

C'est en juin 1966 que sort ainsi notre septième single avec Get out of my life woman en face B. (disques Olympia).

 

http://www.youtube.com/watch?v=FszZ4f1zzEA

 

LES OMBRES COMPOSENT LA MUSIQUE DU GÉNÉRIQUE
DU MAUVAIS ÂGE

 

Pop and Soul 1966
Ombres 1966
Ombres Pop and Soul
Mauvais Age pop and soul

Tournage au "Pop and Soul" le 9/7/1966 . Angry Age, film expérimental réalisé en 16mm par J.Jième

 

Notre participation s'est limitée à quelques prises de vue sur la Grand Place de Bruxelles et environs. Egalement, à une toute une série de plans des Ombres en train d'interpréter la musique du générique. Jean Jième nous avait installé sur un balconnet qui surplombait le Pop and Soul, cabaret-bistrot situé rue au Beurre, pratiquement en face du Golf du Loup. La caméra était au sol et nous filmait en contre-plongée. Je me rappelle également de quelques plans insolites dans les sinistres caves du Pop and Soul.

 

 

 

Extrait du Mauvais âge : la piscine privée

 

avec la musique des Ombres

PALETTE RECORDS

Mi-août, nous commençons à répéter à La Porte Verte, une salle située à l'arrière d'un bistrot sur la Chaussée de Gand, à Molenbeek. Après les répétitions, nous discutons ferme et parlons de l'avenir du groupe. Cela va faire plus de trois ans que nous existons. Nous avons sorti sept disques, joué un peu partout en Belgique, participé à tous les festivals. Nous avons eu la chance de travailler en France, dans les salles les plus prestigieuses. Et pourtant nous ne sommes pas arrivés au vedettariat.

 

Nous savons qu'il y a plusieurs raisons à ce constat. Tout d'abord, nous n'avons sorti que très peu de morceaux originaux. Ensuite la firme Olympia, malgré toute sa bonne volonté, n'est pas parvenue à nous représenter ni à nous distribuer convenablement. Lors d'une réunion de plus, les Ombres décident à l'unanimité de changer de firme de disques.

 

Le gros problème, c'est que nous avons un contrat qui nous lie encore pour un bon bout de temps avec Olympia. D'autre part, le producteur de Palette Records, Roland Klüger, qui détient les intérêts de Digno Garcia, André Brasseur, les Cousins, s'intéresse à nous. Il a assisté à une de nos répétitions et il est prêt à nous prendre sous sa coupe. Mis devant le fait accompli, Francis reguimbe. Il trouve qu'il faut honorer ses contrats jusqu'à leur terme. Alors nous décidons de passer outre et débarquons à quatre, dans les bureaux d'Olympia. Nous exposons nos griefs au big boss. Ce dernier met fin à la discussion en disant qu'il va se mettre en contact avec Klüger.

 

Le lendemain, nous apprenons que la transaction a bien eu lieu et que nous sommes désormais libres de signer avec Palette Records. Une condition toutefois : nous devons changer de nom.

 

NOËL CHEZ ADAMO LE 21 SEPTEMBRE

Un numéro spécial Soir Illustré, consacré à cette soirée  sort le 8 décembre 1966.

Nous "fêtons" Noël, chez Salvatore Adamo, le 21….septembre 1966  ! C'est Michel Lemaire qui a eu l'idée de proposer à Salvatore de réunir une vingtaine d'artistes chez lui, à une date proche des fêtes de Noël.

 

Adamo, avec sa gentillesse habituelle, accepte immédiatement. Il compulse son agenda et s'aperçoit qu'il ne lui reste aucune date de libre en décembre, ni en novembre, ni en octobre …

 

Mercredi prochain, ça te va, lance-t-il à Michel Lemaire. Il se fait que mercredi prochain, c'est le 21 septembre et que Michel doit réunir tous ce beau monde en quelques jours.

 

C'est ainsi que nous retrouvons, à Jemappes, chez Adamo, pour y passer une soirée et une partie de la nuit, en compagnie de Claudia Sylva, Tonia, Marc Aryan, Jean-Maurice, Alain, Valérie Pascal, Eddie Defacq, Karine et Rebecca, Ariane (des 10/20).

 

Nous détonnons un peu dans le décor. Ce n'est pas tout à fait notre monde, ni notre univers musical. Heureusement, nous nous défoulons dans le jardin dans une folle partie de foot avec Oscar, son berger allemand.

 

Salvatore ne tient plus en place et vient nous rejoindre. S'il n'avait pas été vedette de la chanson, il aurait pu devenir un grand footballeur !

 

Mais il commence à faire frais et nous rentrons dans son immense salon. Salvatore nous fait écouter les maquettes de ses prochains morceaux. Tout le monde se met à chanter. Nous avons emmené une guitare acoustique et il y a des instruments dans tous les coins. Nous faisons un  bœuf  du tonnerre jusqu'à trois heures du matin.

 

LES OMBRES CHANGENT DE NOM

 

Le 9 septembre dernier, Roland Klüger était venu assister à une nouvelle répétition, accompagné de son brillant musicien et arrangeur Willy Albimoor.

 

Nous lui avions proposé plusieurs titres dont Already Mine qui avait paru lui convenir parfaitement. Après quelques conseils et petites modifications destinées à rendre nos compositions plus  commerciales, Klüger nous fixe rendez-vous au Studio Madeleine pour l'enregistrement définitif de quatre titres.

 

Le 8 octobre, nous nous soumettons à une séance de photos en prévision de la future pochette de disque, des affiches, promos etc...

 

Le 9 octobre, nous jouons à Louvain où nous retrouvons Ken, en vacances pour trois semaines en Belgique. Nous savons que nous nous produisons pour la toute dernière fois sous le nom des Ombres.

 

Le 14 nous entrons en studio pour mettre les titres en boite. A la sortie, nous nous appelons The Klan.

 

INSTRUMENTS

Guitare Ampli Guitare Ampli Basse Ampli Drums Micro Piano
LES OMBRES Dany Kris (Raymond) Lucky (Christopher J.) Jacky Jimmy John Hand.
1962 Framus 2 micros Dynacord Eminent Framus 3 micros Location Hoffner Location xx?avec grosse    
    + Echocord         caisse ovale !    
Juil/aout 1963 Fender Stratocaster rouge   Fender Jazzmaster rouge Location ? Fender Precision rouge Location   Bouyer  
Sept. 1963   Fender Showman   Fender Showman   Location   Beyer  
Avril 1964   Vox AC 30   Vox AC 30   Vox/Fender ? Ludwig    
Nov. 1964 Gretsch Chet Atkins Country   Gretsch Chet Atkins Country            
  Gentleman orange   Gentleman orange            
1965         Guild rouge       sur place
                   
LES OMBRES Dany Luc Lucky (Christopher) Jacky Micros  
1966 Gretsch Chet Atkins Country   Fender Stratocaster Vox AC 30 Guild rouge   Ludwig Shure
  Gentleman orange             Unidyne III 545

DISCOGRAPHIE

Bye Bye Johnny / La voilà - On the beach / A little lovin - I'm talking about you / Baby can forgive - That's my baby / Watcha gonna do - Teen age letter/You better move on -  Fainéant/Merci quand même  - Angry Age/Get out of my life woman.

 

VIDÉOS

 

Bye Bye Johnny : http://www.youtube.com/watch?v=6aaOxx_XKmM

La voilà : http://www.youtube.com/watch?v=O7PYOf_YV94

That's my baby : http://www.youtube.com/user/TheOmbres#play/all/uploads-all/0/JNAa9Y-oxzg

I'm talkin about you : http://www.youtube.com/user/TheOmbres#play/all/uploads-all/0/qwp9-O4835s

Angry Age : http://www.youtube.com/watch?v=FszZ4f1zzEA

Dossier réalisé par Jean Jième et Dany De la Blancherie et achevé le 28/09/2009

 

Lire le début : Les Ombres de 1963 à septembre 64